Aide au développement, qui en tire le plus de profits ?

Posté le 9 septembre 2014

Des ONG européennes ont soulevé une remarque déconcertante concernant les investissements privés dans les pays en développement. Ayant comme principe d’aider ces pays à sortir de la misère, les IFD semblent s’éloigner de leur objectif principal. En effet, l’on constate un manque de contrôle des activités de ces institutions et les répercussions se font sentir du côté des pays d’accueil. Les faits démontrent que seules les multinationales des pays riches bénéficient réellement des avantages.

Les besoins des populations vivant dans la précarité sont marginalisés et en même temps les parlementaires français envisagent une réduction de l’aide publique. Les situations sont contradictoires et l’avenir du secteur privé dans les pays du Sud reste incertain. Même si la somme consacrée aux investissements est exorbitante, même si les hôtels de luxe, grosses entreprises et lotissements pour riches se multiplient dans les pays pauvres, la question reste sans réponse : en quoi cela impacterait sur le développement de ces pays ?