Chute des prix du pétrole : aubaine pour les traders particuliers

Posté le 5 mars 2015

Si les pays exportateurs du pétrole souffrent inévitablement de l’actuel contre-choc pétrolier, ce n’est pas toujours le cas des ménages. Cette baisse des prix présente des opportunités de trading pour les particuliers, selon Standard Life Investments.

Keith Skeoch, le patron de Standard Life investments, a déclaré lors de la publication de la dernière édition du Global Outlook de son entreprise que l’impact de la baisse du prix de cet or noir est senti dans le marché boursier. Les effets touchent aussi bien les actifs pétroliers des pays britanniques que des États-Unis. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ce contre-choc pétrolier commence en effet à présenter des effets positifs sur le pouvoir d’achat des ménages et la performance des entreprises non pétrolières en ce début d’année 2015.

Les autres responsables au sein de Standard Life Investments ont également donné leur point de vue sur les différents marchés.

Andrew Milligan, directeur de Global Strategy, invite les traders à faire attention et à prendre en compte d’une grande possibilité de volatilité de la valeur des devises et des flux de capitaux. L’impact sur le secteur et les pays exportateurs peut être différent. Une raison de plus pour ne pas se fier aux marchés émergents. La sélection des titres est alors de mise.

Susan Tarry, directrice d’investissement, est quant à lui d’avis selon lequel la chute de la valeur du pétrole est tellement significative au point de changer la manière dont nous conduisons notre analyse. Si la situation profite par exemple au secteur du transport, elle est inquiétante pour les acteurs du secteur d’équipement et des services pétroliers.

Mark Vincent, directeur d’investissement chez GEM, invite, pour sa part, notre attention sur le fait que le niveau actuel des prix du pétrole ampute chaque année 100 milliards de dollars au budget de l’État de la Russie. À cela s’ajoutent les 40 milliards perdus à cause des sanctions pour sa participation au conflit ukrainien. À noter néanmoins que la dévaluation de la monnaie russe profite à d’autres entreprises russes, notamment celles qui sont dans le secteur d’exportation des produits non pétroliers dont le prix de vente est en dollar.