La fiscalité du trading en France

Posté le 28 juillet 2015

Si vous êtes un trader Forex, CFD ou encore un trader d’options binaires, vous vous devez de déclarer vos gains et vos pertes auprès de l’administration fiscale chaque année. Votre taux d’imposition dépendra de votre situation, à savoir si vous êtes un trader occasionnel (revenus de trading inférieurs à 50% de vos revenus totaux) ou professionnel, si vous résidez en France ou à l’étranger ou si votre broker est implanté en France ou dans un autre pays.

Les démarches pour déclarer vos gains de trading

La démarche pour déclarer vos gains de trading est plutôt simple à réaliser. Tout d’abord, vous devez vous munir du bilan de vos transactions effectuées sur les marchés financiers durant l’année écoulée auprès de votre broker. Ce dernier vous le transmet normalement chaque année. Ce rapport doit être ajouté à votre déclaration d’imposition. Vous devrez ensuite renseigner le formulaire 2042 en indiquant vos plus-values à la ligne 3VG et vos moins-values à la ligne 3VH. Cette procédure est à effectuer chaque année.

Quel taux d’imposition ?

Si vous êtes un trader occasionnel, c’est-à-dire si vos revenus de trading ne dépassent pas 50% de vos revenus globaux, les plus-values que vous aurez réalisées seront taxées à 18%, sans compter les cotisations sociales qui s’élèvent à 12,1%. Au total, la taxation sera donc de 30,1%.

Si vous êtes un trader professionnel résidant en France et que votre broker est aussi situé en France, vous êtes alors soumis au régime BNC (bénéfices non-commerciaux). Vous profitez donc d’un barème de l’impôt progressif. Par exemple, si vos revenus en 2014 étaient compris entre 150 000 et 250 000 euros, vos gains ont donc été taxés à hauteur de 45%. A cela s’ajoute les 12,3% de prélèvement sociaux.

Si vous habitez en France mais que votre broker est basé dans un autre pays, vous devez dans ce cas fournir une déclaration de votre broker à l’administration fiscale. Si vous résidez à l’étranger, vous devrez alors justifier de vivre au moins la moitié de l’année dans votre pays de résidence afin que vous soyez soumis au régime fiscale de ce pays.