La reprise du pétrole inquiète les bourses mondiales

Posté le 19 février 2016

Les bourses mondiales sont chahutées depuis quelques jours et les investisseurs du broker Etoro observent les tendances et sont à l’affut de nouvelle du marché pétrolier.

Si le marché retrouve son équilibre, ce sera du fait d’une hausse de la demande et d’une régulation naturelle plutôt que d’une réduction de la production.

Selon les dirigeants des compagnies pétrolières réunis à Londres pour l’International Petroleum Weel (IP), un rebond doit se manifester d’ici la fin de l’année même si cela doit être au détriment des investissements dans ce secteur.

Rebond du secteur d’ici décembre 2017

Le trader en ligne en attendant que les fondamentaux reprennent le dessus, doit à présent miser sur un marché moins florissant dans les mois à venir. Selon, les spécialistes de ce marché, le prix du baril ne devrait plus dépasser les 100 dollars, ce qui ne signifie pas la fin de belles plus-values dans les matières premières pour le trader en ligne.

La baisse des cours modifie l’offre et la demande. Selon le PDG de Rosneft, le déficit en nombre de barils se limitera à 500 000 barils d’ici décembre et sera ralenti par les possibles augmentations de l’offre de l’OPEP et des livraisons de pétrole en provenance des États Unis.

Investissements au point mort.

En attendant, les instances dirigeantes prévoient que la consommation de pétrole dans le monde et l’épuisement des ressources des champs en exploitation actuellement entraîneront une augmentation des besoins estimés à 1 million de barils supplémentaires chaque année d’ici 2020. En pratique, cela signifie qu’une augmentation de 25 millions de barils par jour doit être mis envisagée et produite par les compagnies pétrolières alors que les politiques d’investissements sont quasiment au point mort.