Malaysia Airlines : va-t-elle renaître de ses cendres ?

Posté le 4 août 2014

Avec trois catastrophes aériennes survenues l’une à la suite de l’autre à la fin du mois de juillet, l’année 2014 se présente déjà comme une année noire pour l’aviation civile : le crash du MH17 de Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine le 17 juillet, faisant 298 morts ; l’accident du GE222 de la TransAsia Airways lors de l’atterrissage d’urgence à Taïwan le 23 juillet, faisant 48 morts ; et le drame du AH5017 d’Air Algérie au Mali le 24 juillet, faisant 116 morts. Sans oublier l’appareil de Malaysia Airlines mystérieusement disparu le 8 mars dernier avec 239 passagers à bord.
Malaysia Airlines, qui a traversé deux catastrophes aériennes dramatiques en l’espace de quatre mois, pourrait ne pas survivre à ce second crash. Outre l’impact sur l’image de la marque, ces deux drames successifs pèsent lourd d’un point de vue financier sur la compagnie : les pertes s’accumulent depuis plusieurs années et aujourd’hui elle va affronter une nouvelle crise de confiance de la part des voyageurs, ce qui pourrait lui être fatal. Au lendemain du drame du crash en Ukraine, l’action de la compagnie aérienne a plongé de plus de 15%. Elle s’est redressée quelque peu par la suite, mais depuis la disparition de l’appareil MH370 en mars, l’action a baissé de 35% au total.

Image de marque compromise

La compagnie malaisienne ne peut être tenue pour responsable de la catastrophe du vol MH17, le Boeing ayant été abattu par un missile sol-air dans l’Est de l’Ukraine (région actuellement en proie à une insurrection armée prorusse). Cependant, ce nouveau drame aérien sera mécaniquement associé au nom de la compagnie, déjà sévèrement entaché par la disparition du vol MH370.
Malaysia Airlines, détenue à 70% par le fonds d’investissement de l’Etat malaisien Khazanah Nasional, avait enregistré une perte de 257 millions d’euros en 2013. Depuis la disparition du vol MH370 le 8 mars dernier, elle a perdu près de 104 millions d’euros supplémentaires sur le premier trimestre 2014, les réservations postérieures au vol MH370 étant en chute libre. Aujourd’hui, on estime que la compagnie perd un à deux millions de dollars par jour. A ce rythme, elle ne pourra pas survivre plus de six mois.

Perspectives

La compagnie aérienne est au bord du gouffre et pourrait nécessiter une intervention rapide de la part de son actionnaire majoritaire, Khazanah Nasional. Mais ce dernier, selon les analystes, pourrait vouloir retirer MAS de la Bourse et mettre en place des mesures de réductions des coûts et autres reformes. Les marchés s’interrogent même sur une vente éventuelle ou sur une restructuration du groupe. A ce jour, aucune stratégie sur l’avenir du groupe n’a cependant été dévoilée.