Trading en ligne : la loi sapin II interdit la publicité des sites de trading

Posté le 21 janvier 2017

Un des points forts de la loi Sapin II est l’interdiction totale des publicités à destination des particuliers pour certains produits financiers à risque. Sont principalement visés les sites de trading en ligne de produits jugés hautement spéculatifs, sur lesquels les clients sont dans une écrasante majorité perdants.

Quels sont les produits et types de publicités concernés ?

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a été chargée de définir précisément ce dont il était question. Les produits visés sont les options binaires, les CFD (contrats sur la différence) et les produits de Forex (marché des changes).

Concernant les publicités, c’est très simple : elles sont toutes prohibées, qu’elles soient directes ou indirectes. Ainsi, il n’y aura pas de contournement possible. Les publicités indirectes, mettant en avant un effet d’aubaine ou proposant une formation du type « comment trader en ligne : apprenez en quelques jours » seront bannies dès lors qu’elles renvoient vers un site proposant l’un de ces produits financiers.

Cette interdiction est valable sur tous les supports, du mobile aux réseaux sociaux en passant par la télévision. La sanction par publicité pourrait atteindre jusqu’à 100 000 euros d’amende.

Une avancée dans la protection des particuliers

Depuis des années, l’AMF tire la sonnette d’alarme à propos des pertes conséquentes causées par ce type de produits. En 2014, une étude avait estimé que 9 clients sur 10 étaient perdants, et ce uniquement sur des sites agréés par des régulateurs sérieux, comme par exemple en traitant avec un broker Ava Trade. En effet, devenir trader n’est pas si simple, et l’effet d’apprentissage est très réduit voire absent chez les particuliers investissant sur ce type de produits financiers. À cela viennent s’ajouter les arnaques et la publicité mensongère, qui ne relèvent pas du champ de l’AMF mais sont bien présentes.

C’est pourquoi le régulateur a décidé de couper le courant à la source, en prohibant complètement toute publicité visant les produits à haut risque. D’autres mesures pourraient suivre cette interdiction : à partir de 2018, le règlement européen permettra d’interdire certains produits. Restera alors à définir lesquels.